Le Dictionnaire des Expressions Québécoises de Dror (2007)

http://www.drorlist.com/textes/EQ.html

 

VERBES :

Abrille-toi = Couvre-toi

J’va pas m'badrer de t'ça = Je ne vais pas m'embêter avec tout ça...

Barrer / Débarrer les portes = Fermer / Ouvrir les portes à clé

Baver = Taquiner quelqu’un

Bitcher = Dire du mal de quelqu’un

Botcher = Bâcler

Boulshitter = Raconter des conneries

Brailler = Pleurer

Canceller = Annuler

Capoter = Péter un câble

Céduler = Programmer

Charger = Facturer

Chialer = Se plaindre

Y a kekchose qui m’chicote =  Ya quelque chose qui m'agace, qui me trotte dans la tête

Clancher = Accélérer

Il s'est choqué = Il s'est fâché

Crisser son camp = Partir (d'où l'expression « Canada, crisse ton camp de l'Afghanistan... »).

Crochir = Tordre

Crouser = Draguer

Domper = Déposer ou Larguer

J’ai échappé mes clés = J’ai fait tomber mes clés

On écoute la télé (ou un film) = On regarde la télé (ou un film)

J’embarque avec toi = Je suis d’accord avec toi

S'épivarder = S'exciter, s'énerver

Être / tomber en amour avec = Être / tomber amoureux de

Filer = Se sentir (d’où l’expression « je file tout croche » = « je ne me sens pas très bien »)

Ca fitte ben = Ca correspond

Flusher = Jeter

Fourrer = Baiser (aussi dans le sens de se faire baiser)

Se frencher = S’embrasser (avec la langue bien sûr !)

Gosser = Bidouiller ou taper sur les nerfs

Ca goûte bon = C’est bon

Grafigner = S'égratigner

J'haïs (ça) = Je déteste

Jaser = Discuter

Joindre (au rendez-vous) = Rejoindre

Lâcher un call = Passer un coup de fil

Magasiner = Faire les courses

Manger = Sucer, lécher (argot sexuel)

On te manque = Tu nous manque

M'a t'les commander = Je vais te les commander

Tu m'niaises = Tu te moques de moi

S’ostiner = S’entêter, s’engueuler

Peser = Appuyer

Péter une coche = Péter un câble

Piger une carte = Tirer une carte au hasard

Pitonner = Appuyer sur le bouton

Placotter = Bavarder

Plugger = Brancher (entre autres sens)

Pogner = Prendre (entre mille autres sens, en particulier « choper » les filles)

Rejoindre (au téléphone) = Joindre

Je reste à Laval = J’habite à Laval (et au passé : « j’ai resté à Laval »)

J’te r’viendrai à propos de tsa = Je te recontacterai à propos de ça

Serrer = Ranger

Slacker quelqu’un = Virer quelqu’un

Slacker / Slacker la vis = Glander

Stouler = Cafter (un stouleur = un cafteur)

Je suis tanné = J'en ai marre

Taponner = Bidouiller ou pelotter

Tchecker = Vérifier, ou regarder, comme dans « tchecke la pitoune qui s’en vient par là !»

Tchoker = Se défiler

Tchoper = Couper (du bois)

Toffer = Résister, faire durer (d’où l’expression : Toffer une relation de couple  = Faire durer une relation de couple)

Torcher un gars = S’occuper d’un mec

Je trippe = J’aime beaucoup

Il s’en vient = Il arrive

Voyager sur le pouce (faire du pouce) = Faire du stop

Wouère = Voir

Zigonner = Bidouiller, mais aussi perdre du temps

 

NOMS :

Abreuvoir = Fontaine à eau

Agace = Allumeuse (sexiste)

L’avant-midi = Eh oui, comme nous on a l’après-midi…

Balayeuse = Aspirateur

Un banc = Un tabouret

Rire comme une banshee = Rire férocement

Les bas = Les chaussettes

Une batterie = Une pile

Un bec = Un bisou, d’où l’expression du grand philosophe québecois, Robert Charlebois: « T'as rien à perdre, vois-tu, pass'qu'ici au Québec, tout commence par un Q pis finit par un bec »

Le beigne = Le bide

Bécosse = Les chiottes dans la cabane au fond du jardin (vient de l’expression anglaise « back house »). D'où l'expression: « Boss de bécosse » = « Un petit chef »

Le blé d’Inde = Le maïs

La bine (ou la binette) = La figure, la gueule (mais donner une bine = donner un coup de poing), mais aussi la coccinelle wolkswagen

Les bines = Les haricots blancs ou fêves (beans)

Bibitte = Bébête

Ma blonde = Ma copine

Une blouse = Une chemise

Les bobettes = Slip, culotte

Le bon yeu = Le bon dieu (comme dans la chanson des Colocs : Bon yeu, donne moé une  job)

Un bon yab = Un bon diable

Au boutte = Au bout

Une brassière = Un soutien-gorge

Un break à bras = Un frein à main

Breuvage = Boisson

Brocheuse = Agrafeuse

La broue = L'écume de la bière

Le BS (le Bien-être Social) = L’aide sociale (d’où l’expression : « il est su’l BS » = il touche le chômage ou le RMI ou les allocs)

Un bubu = Un bout de laine (comme ceux qui se coincent dans le nombril, entre les doigts de pieds ou dans ‘craque!)

Cabaret = Un plateau

Une canne = Une boite de conserve ou une cannette

Le carré Saint-Louis = Le square Saint-Louis

Carosse = Un chariot (au supermarché)

Cédule = Emploi du temps

Une cenne (noire) = Un sou = Une pièce d’un cent

Un chandail = Un T-shirt ou un pull

Mon char = Ma voiture

Du change = De la monnaie

Une chaudière = Un seau

Mon cheum = Mon copain

Des chicanes = Des engueulades

Du chocolo = Du chocolat (mon mot préféré en québécois…)

Une circulaire = Un dépliant publicitaire

Un citron = Une voiture pourrie

Clavardage = Chat informatique (bavardage avec un clavier)

L'coffe à gain = La boite à gants

Un coton ouaté = Un sweat shirt (que les français prononcent sweet shirt!)

La craque (des foufounes ou des seins) = La fente

Crème glacée = Glace

Des croustilles (ou des tchips) = Des chips

Déjeuner, dîner, souper =  Petit déjeuner, déjeuner, dîner

Les Etats = Les Etats-Unis

Un écornifleux = Un fouille-merde

Un fatiguant = Un chieur

Ta fête = Ton anniversaire

Une filière = Un classeur

Foufounes = Fesses

Un foulard = Une écharpe

Le frima = La buée givrante

Une gang = Une bande de copains

Un Gino (souvent assorti d’une « coupe Longueil » pour les cheveux) = Un beauf

Glace = Glaçon

Glaçon = Stalactite (qui pend des toits)

De la gomme = Un chewing-gum

Gosses = Couilles

J’ai pas l'gout = J’ai pas envie

La graine = La bitte (d’où l’expression : « s'faire manger la graine »)

Un gratte cenne = Un radin

Le houd = Le capot de la voiture

Une job = Un boulot

Une joke = Une blague

La laveuse / La sécheuse = La machine à laver / Le sèche linge

Liqueur = Boisson gazeuse non alcoolisée

Los Angèle = Los Angeles

Une machine = Une voiture (pour la génération de nos grands parents québécois)

La madame = La dame

D’la marde = De la merde

Maringouins = Moustiques

Miroir = Glace

Le monde = Des gens

Une moumoune = Un peureux (en argot sexiste français = une tarlouze)

Une mope = Une serpillère

Mourial = Montréal

Une napkin = Une serviette en papier

Mon oncle = Mon oncle, ou oncle (d'où l'expression: mon mon oncle) ou beauf (d'où l'expression: c'est un mon oncle)

Pacane / Noix de Grenoble = Noix de pécan / Noix

Un pannier = Un caddie pour faire ses courses

Un pamphlet = Un tract (politique ou publicitaire)

Une patente = Un truc

Un pawdi ou Un parté (selon l’accent) = Une fête

Une piasse = Un dollar

Un pigeonnier = Un casier (boite aux lettres au bureau)

Des pinotes = Des cacahuètes

Une pinte de lait = Un litre de lait

Mon pite = Mon pote

Le pitou  = Le chien

Une pitoune / Une guidoune = Une pépée / Une pétasse

Une pock = Un bleu ou une bosse (sur une carrosserie de voiture)

Un porte poussière = Une petite pelle qu’on utilise avec un balai

Le potte = L’herbe (du hashish)

Poudrerie = Vent de neige

La plotte = La chatte (de femme)

Un quatre par quatre = Un quatre-quatre

Une rotie = Un toast

Une sacoche = Un sac à main (en argot sexiste : une femme intéressée par l’argent)

Un sacre = Un juron

Un sarrau = Une blouse blanche de laboratoire

Scott towel = Sopalin

La sloche ou slotch = La neige fondue

Le Soccer / Le Football = Le Football / Le Football américain

Un sous-marin = Un sandwich

Sucette = Suçon

Suçon = Sucette

Table d'hote = Menu du jour

Une talle de bleuets = Une mine de myrtilles

Un tapis mur à mur = La moquette

Tawo = Ottawa

Il va y avoir une tempête de neige = Il va neiger

Un tope = Un mégot

Un torrieux (variante : un torrieux d’bâtard) = Un connard

Une toune = Une chanson

Le toupette = Les cheveux (la mèche de devant)

La track = Les rails de chemin de fer

La tuque = Le bonnet

Ustensiles = Couverts

La valise = Le coffre de la voiture

Les vidanges = La poubelle

La (grosse) vie sale = Se la couler douce

Ta yeule = Ta gueule

 

ADJECTIFS :

En bas de / En haut de = En dessous de / Au dessus de

Baveux = Taquineur (ostie d’baveux = face à claque)

Boqué = Têtu

Carreauté = A carreaux

Je suis chagrin = Je suis triste

Etre chaud = Etre saoul

La route est congestionnée = Il y a des embouteillages

C'est correc' = C'est bien

C’est croche / Je suis croche / Il m’a regardé croche = C’est tordu / Je suis pas en forme / Il m’a regardé de travers

Désapointé = Déçu

Dispendieux = Cher

C’est drab = C’est terne

Drette = Droit, direct (par exemple: « drette là » = « tout de suite »)

Ecartillé = Ouvert (surtout au sens figuré)

C't'écoeurant = C'est délicieux

Il est épais = Il est idiot

Excellin (avec l’accent de Québec) = Impeccable

Etre un peu filling = Etre un peu pompette

Elle est fine = Elle est gentille

Il est complètement focké = Il est complètement débile

Frette = Froid (très utile)

G'lé = Cassé (par le hashish)

Icitte = Ici

Kétenne = Ringard

Kioute = Mignon

Lette = Laide

J’ai fait deux tours en ligne = J’ai fait deux tours de suite

Magané / Scrappé = Abimé / Très abimé

En maudit = Beaucoup

Moindrement = D’une façon moindre

Etre en mosus (variantes : être en ostie, être en beau saint-ciboère, être en tabarnak, être en beau tabarnak) = Etre en colère

Je suis tout mêlé / c’est tout mêlant = J'ai rien compris / c’est confus

Un moté / un crotté = Un pouilleux

Niaiseux = Niais, con

C’qu’il a fait là, c’est ordinaire… = Ce qu’il a fait, ce n’était pas très sympa…

Il est packté = Il est saoul

Par en avant = En avant

Petite = Mince

C'est platte = C'est ennuyeux

C’est poche = C'est dommage, c'est con

Etre pogné = Etre coincé (d’où l’expression : « si t’es pogné, tu pognes pas »)

Présentement = Maintenant

J'étais scrap = J’étais complètement HS

Il est smatte = Il est malin (smart)

En spécial = En solde

C’était swell = C’était chouette

Je suis tanné = J’en ai marre

Tantôt = Tout à l’heure

Têteux = Lèche-cul ou Pointilleux

C’est tof = C’est difficile

Une toune = Une chanson

Trou de cul = Trou du cul

D’valeur = Malheureux (d’où l’expression : « C’est ben d’valeur »)

Versatile =  Qui a de nombreux dons

Je suis willing / Je suis game = Je suis d’accord

 

AUTRES EXPRESSIONS  :

A la botche = A l’arrache, baclé

A cause que = Parce que

A la mitaine = A la main

A la va comme j’te pousse = N’importe comment

A date / A matin / A soir = Jusqu’à maintenant / Ce matin / Ce soir

A mange comme quatre = Elle mange comme quatre

Il est à pic = Il est abrupt

A (la) planche = A fond la caisse

A part de tso = A part ça

J'aimerais ça que tu arrives à l'heure = Je préfèrerais que tu arrives à l’heure

Asteur = Maintenant  (à cette heure)

A tantôt = A bientôt

Au boutte = A fond

Au pire aller = Au pire

En autant que = Tant que

Aux trois mois = Tous les trois mois

Ayoye = Oh la la

Il bat 4 as = Il est super fort

Ben des affaires = Plein de trucs

Ya ben du monde = Il y a beaucoup de monde

Bienvenu = Y a pas d’quoi

Le bonhomme sept-heures = Le père fouettard

Bonjour = Bonne journée

De bord en bord = D’un bout à l’autre

Se bourrer la face = Trop manger

Breaker / Tourner / Virer sur un 10 cennes = Freiner / Tourner / Tourner à la dernière seconde (la pièce de 10 centimes est la plus petite au Canada). Peut aussi s’employer au sens figuré : changer d’avis au dernier moment…

C'est broche à foin = Baclé

Il a d'la broue dans l'toupette = Il est super pressé

Ca fait une secousse (ou ca fait une escousse) = Ca fait longtemps

Ca l'existe = Ca existeCa m’dit d’quoi = Ca m’dirait bien

Ca m'fait plaisir = Y a pas d’quoi

Ca parait = Ca se voit

Ca s'fait pas en criant lapin! (ou ciseau) = Ca ne se fait pas comme ça en claquant des doigts

Ca s’ra pas long = Ca va prendre un petit moment

Ca va bien? = Bonjour

En campagne = A la campagne

C’est « comme »… = C’est « genre »…

Ca fait la job = Ca remplit son rôle

Ca fesse dans l’dash = Ca flashe

C'est pas fou = C’est pas bête

J'en ai un char pis une barge = J’en ai des tonnes

Son chien est mort = Son plan est tombé à l'eau

Chu fatigué = Je suis fatigué

Je cogne des clous = Je suis fatigué

Coller malade = Appeler pour se faire porter malade

C'est complet? = Le compte est bon?

Chez nous / Chez eux = Chez moi / Chez elle (ou lui) (d’où la phrase suivante : « Moi j’préfère rester chez nous et qu’elle, elle reste chez eux » qui veut dire : « Moi j’préfère habiter chez moi et qu’elle habite chez elle »).

Coudon = Ecoute-donc

Une coupe de... = Une paire de...

Dans l'jus / Dans l'champ = Débordé

Dequèce? / Dequecé? = Comment?

De quoi = Quelque chose (par exemple : « Je lui ai apporté de quoi »)

D'même = Comme ça (par exemple : Chu d’même = je suis pareil)

Donne moi une chance = Laisse moi tranquille (gimme a break)

Dormir comme une bûche = Dormir comme un loir

J’en ai en masse = J’en ai à la pelle

Et ensuite de tsa… = Et après…

Entzka = En tout cas, bref

Etchétéra = Etcétéra

Eux autres = Eux

Je vais faire un boutte = Je vais m'en aller

Faire des sparages = Se faire remarquer en faisant de grands gestes

Fais moi pas…  = Ne me fais pas…

Faque = Ce qui fait que

Avoir le feu au cul = Être en colère

Fin de semaine = Week-end

Faire les courses su’l fly = Faire les courses en vitesse

Je l’ai pogné su’l fly = Je l’ai attrapé au passage

Fouille moi = Je ne sais pas

Avoir du fun / C'est l'fun = S'amuser / C’est chouette

Goodbye la visite = That’s it, That’s all = Un point, c’est tout

Grillé en habitant = Bronzé comme un camionneur

Hallo = Salut

Ca passe juste pas = C’est simplement que ça ne passe pas

Je m'remet su'l piton =  Je reprends du poil de la bête

Lache-toi lousse = Laisse-toi aller

Laisse faire = Laisse tomber

Un lendemain de veille = Un lendemain de fête

Ca fait longtemps que je t'ai vu = Ca fait longtemps que je ne t’ai pas vu

Je suis magané de la veille = J’ai une gueule de bois

Il est mal pris = Il est coincé, il est dans la merde

Il la voit dans sa soupe = Il est très amoureux d'elle

Manger ses bas = Ronger son frein (s’impatienter)

En manger tout une = Se prendre une raclée

Mané = A un moment donné

Mets-en = Carrément

Mets-en, c'est pas d’l’onguent = Vas-y, n’hésite pas, ne lésine pas…

Avoir de la misère = Avoir de la difficulté

On fait ça à la mitaine = On fait ça à la main

Je niaise pas avec le puck = Je ne tergiverse pas

Sans faire ni un ni deux = Sans faire ni une ni deux

Le nic-nac = Le désordre, plein d’objets…

On va faire du monde de toi =  On va faire de toi quelqu’un de présentable

Oublie ça = Laisse tomber

En ostie / En titi = Sacrément / Version pour enfants

En partant = Au passage

Pantoute = Pas pantoute = Pas du tout

Par exemple = En revanche

Ca parait = Ca à l’air, ou ça se voit

Ca a pas d'allure = C'est n'importe quoi

Ca a pas de bon sens = C'est con

Ya pas d'troube = Ya pas de problème

C'est drôle pareil = C’est drôle aussi

Parler à travers son chapeau = Parler à tort et à travers

Il est parti à rire = Il s’est mis à rire

C'est pas mal bien = C'est assez bien

C'est pas pire / C’est pas si pire = C'est super / C’est pas si mal

Se faire passer un sapin = Se faire entuber

Passer la nuit sur la corde à linge = Passer une nuit blanche

Y a personne = y a pas personne = Il n’y a personne

Piquer une fouille / une planque / une plonge = Tomber

(et) Pis? = Alors?

Pis toute = Etcétéra

Planter des clous = S'endormir

J’en ai plein le char / plein mon cass’ = J’en ai marre

Une plotte (ou une sacoche) à tailleur (argot sexiste) = Une femme qui craque pour un mec qui a une belle voiture (tailleur = tyre = roue de voiture en anglais)

Pogner les nerfs = S’énerver

Pour vrai = Pour de vrai

Je suis pus capable de tsa = J’en peux plus

Au plus criss (ou au PC) = Au plus vite, à fond la caisse

Se pogner le beigne = Peigner la girafe (ne rien faire)

Pouquèce? = Pourquoi?

Pour emporter = A emporter

Y'en a pour les fins pis les fous = Y’en a pour tout le monde

Pour vrai = Pour de vrai

Prendre une brosse ou virer une brosse = Prendre une cuite

Ca prend trois personnes pour faire ça = Ca nécessite trois personnes pour faire ça

Pu = Plus

Un québécois pur laine = Un québécois de souche

Quessé qu’y veut lui ? = Qu’est-ce qu’il veut, lui ?

Il rempire au lieu de s'emmieuter = Il empire au lieu de s'améliorer (!)

Sauf que = Mais

Voilà où j’en suis rendu = Voilà où j’en suis

On est rendus à 7 = On n’est plus que 7

Il s’en vient = Il arrive

 ‘Stie ! ou Tabarnak ! ou Côliss ! ou Ciboer ! (versions soft : Côline, Tabernouche, Taberouette…; versions hard: ostie d’câlisse, ostie d’câlisse de tabarnak, ostie d’ciboère de criss, ostie d’tabarnak, câlisse d’épa...) = Putain !

Su = Sur

Sur le coin = Au coin

Sur la rue = Dans la rue

Etre su’l piton = Etre matinal

Tant et aussi longtemps que = Tant que

Tant pire = Tant pis

Tchecke ça = Regarde ça

Tenez ça mort = Gardez ça pour vous

T’es pas du monde = T’es pas sortable

Ca m'tente =  Ca m'dit bien

La tête à Papineau = Quelqu’un de très intelligent. Souvent utilisé en négatif : « C’est pas la tête à Papineau »

Tire toi une buche = Prends une chaise et assieds toi

Tirer (ou pitcher ou garocher) des roches = Lancer des cailloux

Et toute la patente = Etc…

Tsé = Tu sais

Tu le sais-tu? = Le sais-tu?

Tzévédir? = Tu vois ce que je veux dire?

J'en ai viré toute une = Je me suis mis dans un sale état

J’ai viré de bord = J’ai changé de direction

Veux Veux Pas = que tu veuilles ou que tu ne veuilles pas

Yink = Que (dans le sens : « j’ai yink ça » = « je n’ai que ça »)


Souvent on enlève l’article comme dans : « Il fait chaud dans maison. », on va « à maison », « à piscine », « à pêche », « dans vie »…

Le « à » est aussi utilisé à des endroits inattendus, comme par exemple dans : « Je viendrai à tous les jours » ou « je tombe malade à chaque année » ou « Ca l’occupe à lui », « on va à quelque part », « Je l'aime à lui »...

Vous savez aussi que souvent on ne prononce pas la fin des mots ici, et qu’on rajoute des s ou des z entre le t ou le d et le i ou le u, eh ben c’est codifié, ça s’appelle même « la troncation des groupes consonnantiques et l’affrication des palatales »…

Quelques expressions anglo-américaines sont utilisées régulièrement, comme « anyway », « whatever », « that’s it, that’s all », « watch out », « weird »…

Vous connaissez le « Tu m’écoutes-tu ? » mais vous êtes peut-être surpris par le « Je l’ai-tu ? ». C’est qu’en fait le « tu » est une déformation du « ty » qu’on utilise encore dans les campagnes en France

Au restaurant on vous demande souvent si vous voulez du pain brun ou du pain blanc. Répondez n'importe quoi, ils vous apporteront le contraire! En effet, les français prononcent le "un" comme les québécois prononcent le "an" et réciproquement...

Il y a des expressions qu'on pourrait utiliser, mais c'est juste pas comme ça qu'on dit au Québec. Par exemple si on bouscule quelqu'un dans la rue, on va dire "'Scusez" et pas "Pardon". On va aussi dire "Je suis chanceux" et jamais "J'ai de la chance"...